S5 – De l’instinct à l’homme augmenté ou l’épopée de la Data à travers les âges

Publié par

Saison 5 – de la tour Eiffel à la Libération

Résumé des saisons précédentes

Si vous voulez commencer par le début pour la saison 1 c’est ici !

Récapitulons – pour la saison 4 c’est ici – en s’appuyant sur les avancées du siècle des lumières, le XIXème a permis de faire un bond formidable dans la production et la circulation des données. Les données jettent les perspectives d’un monde où chacun de nous sera mieux éduqué. Cette rupture dans nos sociétés n’est pas acceptée par tout le monde et nous pénétrons dans ce XXème siècle au bord du précipice.

E1 : le quantique entre en scène

Le début du siècle est marqué par l’émergence de nouvelles façons de penser et de réfléchir. La logique et l’analyse ne suffisent plus à expliquer des phénomènes que nous constatons. Les sciences quantiques intègrent dans leur raisonnement le hasard. Elles considèrent qu’il faut tenir compte d’une part d’inconnue dans l’équation. Cette inconnue sera peut-être expliquée plus tard mais en attendant elle fait partie du problème. La physique quantique et plus tard la théorie de la relativité ouvrent de nouvelles perspectives sur notre compréhension du monde. La donnée peut s’associer avec une probabilité pour définir le degré de certitude de sa réalité. Tout ceci peut paraître « fumeux » mais en tout cas cela a permis de modéliser et de définir les plus petites particules de la matière : l’atome.

E2 : deux nouveaux vecteurs de communication

Nés au siècle précédent, le cinéma et l’aviation vont connaitre une croissance qui en font de nouveaux vecteurs influents dans la communication de l’information. L’art cinématographique sort des projections privées dans les salons parisiens pour rejoindre des salles spécifiquement construites pour les films. Le cinéma deviendra rapidement le lieu d’information avec les premières actualités filmées. De son côté, l’ingénierie aéronautique fait des progrès stupéfiants pour permettre à des avions motorisés de transporter de plus en plus loin des charges de plus en plus lourdes. L’aéropostale va permettre d’accélérer l’échange des informations enregistrées sur des supports physiques.

E3 : 14-18 horreur et laboratoire – Part I

La guerre de 14-18 explose en pleine ébullition scientifique et devient un laboratoire à taille réelle. Les progrès de la science vont avoir des conséquences funestes. Les progrès technologiques dans les armes à feu, l’aviation, l’artillerie, les gaz vont nous conduire à l’une des plus grandes boucherie de notre histoire. La communication diplomatique et opérationnelle est un enjeu majeur et la cryptographie des messages devient incontournable pour protéger les échanges. La photographie et le cinéma vont permettre pour la première fois de disposer d’une mémoire visuelle des atrocités des combats ou du quotidien des soldats. La guerre rappelle que le science peut aussi conduire à des usages mortels et que le progrès n’est pas toujours synonyme de bienfait pour l’humanité.

E4 : le broadcast s’impose

Le journal ou l’affiche, placardée sur le panneau municipal ou lue sur la place publique par la garde-champêtre, permettent de démultiplier l’information. Mais ces moyens de diffusion qui imposent un support physique à transporter restent finalement assez lents et au contenu limité. L’arrivée de la radio et de la télévision vont imposer la méthode du broadcast : au départ une source et à l’arrivée une infinité de récepteurs. La consommation de la donnée va exploser : qu’elle soit de l’actualité, de la musique, des fictions, des émissions thématiques et même la publicité. L’information entre dans nos maisons pour faire de nous des êtres mieux avertis, documentés, instruits…mais aussi plus faciles à manipuler.

E5 : l’art change la vision

« Penser différent », beau slogan qui sera repris des décennies plus tard, est la posture mentale qui a sous-tendu la vague quantique du côté des scientifiques. Cette posture a aussi profondément impactée le monde artistique. Le cubisme pour la peinture, le surréalisme pour l’écriture sont des expériences où l’artiste écarte la vision conventionnelle du monde pour créer une représentation qui introduit des éléments invisibles ou suggérés afin de bousculer les paradigmes classiques de la représentation. Evidemment ça décoiffe nos canons esthétiques et ça bouscule nos certitudes. Mais ça nous oblige aussi à aller au-delà des apparences en découvrant des liens insoupçonnés entre les éléments. Une sorte de recherche de signaux faibles avant l’heure.

E6 : la data devient racoleuse

La lampe à néon propose une alternative aux autres moyens d’éclairage. Son coût, sa déclinaison avec d’autres gaz pour obtenir un aspect lumineux et coloré, son format tubulaire suffisamment flexible pour imaginer des formes, vont ouvrir des débouchés fabuleux avec l’usage publicitaire. Les centres-villes s’illuminent au rythme de l’installation de billboards de plus en plus grands. ça brille ! ça clignote ! c’est animé ! Nous en prenons plein les yeux. La data s’est fardée pour plaire aux passants sur la voie publique.

E7 : émettre des données à son insu

L’invention du radar marque une nouvelle étape dans la captation de données à l’insu de leur propriétaire. L’usage peut être légitime dans le cas de la régulation et de la sécurité aérienne mais il peut être aussi contestable quand il s’agit de repérer une cible pour mieux l’éliminer…

E8 : une invention pas si anecdotique

Parmi l’importante liste des découvertes scientifiques, si l’invention du stylo bille n’est pas la plus spectaculaire, elle va permettre de démocratiser l’écriture en s’affranchissant du couple (plume, encre). Le stylo bille va être l’instrument d’éducation des masses pour apprendre l’écriture qui reste le premier moyen de production de la connaissance.

E9 : 39-45 horreur et laboratoire – Part II

En cette première moitié de XXème siècle nous avons inventé la première activité mondiale. Malheureusement c’est la guerre ! Cette seconde boucherie n’a rien à envier à la première en triplant le nombre de morts ! Les progrès scientifiques portent leur part de responsabilité. Même si la pénicilline est une réelle avancée que dire de la création de l’arme atomique qui ouvre pour la première fois la perspective de la fin du monde ! Côté des données, le secret est une arme décisive et l’investissement des belligérants sur la discipline du décryptage des messages est importante et vitale. Les mathématiques, la recherche opérationnelle vont trouver un terrain de jeux prédisposé. Alan Turing et sa fameuse machine va disposer des moyens pour mettre en application sa théorie. Le traitement automatique de la donnée devient une réalité et les premiers ordinateurs sortent des laboratoires. Alors que les flonflons de la Libération envahissent nos rues et nos oreilles, nous n’imaginons pas encore que sous les ruines, émerge un monde technologique et consumériste…

Pour la saison 6 – c’est ici !

Mentions

Si vous voulez accéder à mes autres billets c’est ici

Si vous ne voulez pas manquer les prochains articles : demandez à être enregistré à mon blog

Crédit photo : la bombe de turing sur apprendre-en-ligne.net

© Ecrit par Jean Méance en septembre 2019

Mes 5 derniers billets :

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.