S1 – De l’instinct à l’homme augmenté ou l’épopée de la Data à travers les âges

Publié par

Saison 1 : de moins l’infini à Jésus Christ

E1 : Instinct primaire

Dans la nuit des temps, je survis. Je n’ai ni nom, ni âge, ni famille. Mes 5 sens sont mes fidèles amis. Je dois observer pour m’en sortir. L’odeur d’excréments m’indique que je pourrais servir de bon repas à cet animal. Le sens du vent m’annonce de l’humidité et de la fraîcheur. Je connais tous les recoins de mon territoire et même où se trouvent mes semblables mais malheur à moi si l’arrivée d’un prédateur m’oblige à m’enfuir. Il me faudra redécouvrir un espace et recréer tous mes repères pour survivre.

E2 : Feux et outils

La nuit des temps s’éclaire. Nous avons compris l’avantage de vivre en groupe : protection, partage de la nourriture, reproduction plus aisée… mais surtout nous apprenons des plus anciens. Nos outils s’améliorent, la chasse devient possible et efficace. Nous ne fuyons plus devant le feu de la nature. Au contraire nous en avons trouvé de multiples usages. La connaissance reste fragile car, logée dans la tête de certains, le risque est grand qu’elle disparaisse prématurément avec eux.

E3 : Morceaux de bois

Nos conditions de vie s’améliorent. Le groupe s’agrandit et se renforce. Nous sommes encore loin de l’oisiveté mais nous avons plus de temps pour tester des choses. Nous avons réussi à reproduire le feu après d’interminables échecs à frotter nos silex. Certains ont découvert une activité nouvelle en produisant de drôles de figures sur les cailloux avec des morceaux de bois brûlés. Pas très utile car la pluie déforme et efface tout.

E4 : Art rupestre

L’information ! Nous ne savons pas expliquer ce concept mais nous savons qu’il est vital de garder des choses comme le nombre d’animaux dans nos premiers troupeaux. Nous marquons des encoches sur des os, une encoche par tête et nous passons le péroné ou le tibia entre gardiens du cheptel. Certains vont jusqu’à dessiner sur les murs de nos grottes des scènes de vie qui resteront indélébiles.

E5 : Vie de famille sédentaire

L’élevage de quelques animaux et la culture de quelques plantes permettent d’assurer notre alimentation. Nous sommes moins sujets aux aléas de la chasse et de la cueillette. Une fois que nous avons trouvé un endroit propice, nous y restons et nous constituons des communautés autour de noyaux familiaux qui permettent de conserver et de transmettre les premières traditions.

E6 : Moi avoir trop de chèvre toi avoir trop de farine

Nos différentes communautés ne s’ignorent pas toujours. Au hasard de rencontres, il nous arrive même de partager nos expériences. Ce n’est pas toujours facile tant nos langues peuvent être différentes. Néanmoins, nous avons compris l’intérêt d’échanger nos ressources et nos pratiques car le développement des compétences est aussi varié que la nature ! Le troc dans sa version la plus rudimentaire est né !

E7 : Céramique et démultiplication

La vie sédentaire ne convient pas à tout le monde et la poussée démographique impose d’agrandir le territoire. Certains ont eu l’idée de fabriquer de frêles esquifs pour explorer les étendues d’eau infinies qui bordent nos espaces de vie. Ils emportent avec eux quelques outils et dessins sur des sortes d’assiettes en céramique pour exporter au lointain nos traditions et nos coutumes.

E8 : Sortir de la représentation

De grandes découvertes nous facilitent la vie. La roue aux multiples usages, l’effet de levier pour soulever des charges, différentes techniques de tissage. Bref nos bâtisses deviennent plus monumentales. Notre langage s’est aussi considérablement amélioré. Les mots ont remplacé les bruits, les mots sont beaucoup plus puissants pour expliquer surtout avec l’arrivée dans nos bouches des verbes, des adjectifs… bref construire une phrase devient possible. Cette richesse dans la communication doit remplacer les représentations écrites encore sous forme de dessins et de hiéroglyphes.

E9 : Premiers livres

En s’enrichissant notre monde se complexifie. L’interconnexion des communautés favorise les échanges mais est aussi source de conflit. La spiritualité, le pouvoir, la recherche continuelle pour comprendre le monde qui nous entoure et la quête continuelle d’une vie meilleure marquent la fin des temps obscures. Notre besoin est croissant de notifier, d’expliquer ou de raconter. Nos techniques ont considérablement progressé. Des livres lourds et non transportables en bois ou en argile sont remplacés par les rouleaux de papyrus puis de parchemin. Les premiers traités de sciences en de nombreux domaines ont été écrits (astronomie, arithmétique, philosophie…). Parés d’un langage, d’une écriture et d’une technologies nous sommes prêts pour le premier millénaire de l’époque moderne.

Pour la saison 2 c’est ici

Mentions 

Si vous voulez accéder à mes autres billets c’est ici

Si vous ne voulez pas manquer les prochains articles : demandez à être enregistré à mon blog

Crédit photo : Art rupestre dans le massif de l’Ennedi (Tchad)

© Ecrit par Jean Méance en mars 2019

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.