S2-De l’instinct à l’homme augmenté ou l’épopée de la Data à travers les âges

Publié par

Saison 2 : de Jésus Christ à l’Amérique

Résumé de la saison 1

La saison 1 c’est ici. Récapitulons. L’information brute, indispensable à notre survie, s’est transformée en connaissance dès que les premiers moyens de mémorisation ont été inventés. Notre infatigable pensée créatrice, alimentée par cette connaissance, a permis des progrès dans tous les domaines : outils, agriculture, santé, habillement… Ces progrès ont eu pour conséquence l’évolution de nos modes de vie et l’émergence des premières civilisations avec leurs réalisations monumentales (temples, pyramides, ponts, routes…), leurs cultures (émergence des arts) et leurs sciences (philosophie, géométrie…). Mais voilà qu’approche une nouvelle ère, brèche ouverte par la quête spirituelle et la recherche du sens de la vie. Après la survie de l’homme, notre préoccupation est devenue la survie de l’âme… 

E1 : Disruption dans les calendriers

Le temps ! Voilà bien une donnée au centre de nos préoccupations. Depuis que nous ne vivons plus au jour le jour, nous avons des projets, des ambitions, des envies de vivre plus longtemps. Nous avons compris que le temps était un élément essentiel. La maîtrise du temps est devenue incontournable. Les cadrans solaires puis les calendriers lunaires nous ont permis de modéliser et de matérialiser le temps pour mieux le maîtriser. Mais voilà que l’arrivée d’un nouveau prophète va bousculer l’ordre établi pour imposer le calendrier Grégorien qui sera lui-même contesté 7 siècles plus tard mais cela est une autre histoire…

E2 : volumen vs codex

Une autre révolution est en cours : le remplacement du volumen par le codex. Quelle plaie ce volumen ! Rouleau de papyrus lourd, difficile à transporter, à l’usage fastidieux quand il s’agit de retrouver une information précise qu’il est impossible d’indexer. Certes le volumen nous a permis de stocker, jusque-là, la mémoire de l’humanité mais l’invention du parchemin a conduit à une nouvelle innovation : le codex qui stocke la connaissance sous forme de pages, elles-même reliées pour donner la forme d’un nouvel objet qui va s’imposer dans notre quotidien : le livre. La disparition du volumen est la première obsolescence technologique remarquable d’un support de la donnée.

E3 : quand un modèle remplace l’autre

Le cycle des civilisations s’enchaîne. Chacune tente de devenir le modèle unique sur la partie connue de la planète. Cela finit toujours par un échec et un nouveau modèle se reconstruit sur les acquis du modèle précédent. Chaque civilisation apporte sa pierre à la tour de Babel de la connaissance de l’humanité. Ces flux et reflux d’armées, de croisés et même de populations aident au partage des bonnes idées et soulève l’importance de la traduction des langages. De ces chocs, souvent sanglants, de ces modèles de connaissance jaillissent de nouveaux modèles toujours plus universels.

E4 : qui a eu cette idée folle ?

Dans ces temps moyenâgeux, où l’énergie dévastatrice des hordes barbares n’a pas réussi encore à remplacer les traces de l’empire romain, l’enjeu reste la multiplication de l’information et de la connaissance. Les premiers ordres chrétiens l’ont bien compris en prenant le relais des scribes de l’antiquité pour copier et recopier les livres dans une occupation laborieuse mais compatible avec les activités spirituelles. La démocratisation de l’accès à la connaissance est aussi un enjeu majeur. Le concept de l’école a déjà quelques millénaires mais il reste réservé à une population privilégiée. Charlemagne a le mérite de vouloir que chacun d’entre nous puisse un jour rêver d’accéder à l’information qui permet de comprendre le monde qui nous entoure.

E5 : pendant ce temps-là de l’autre côté

Si nous aimons croire que le berceau de l’humanité est situé sur le pourtour élargi de la méditerranée, force est de constater que les hommes œuvrent aussi sur les autres parties d’une terre qui n’apparaît pas encore comme un globe unique. Le livre et les caractères typographiques ont déjà fait leur apparition aussi en Asie qui a même inventé le boulier, première machine permettant d’accélérer et d’augmenter notre capacité de calcul mental. La route de la soie permet de distiller avec parcimonie ces savoirs à quelques privilégiés qui commercent sur cette voie.

Par ailleurs, nous ne connaissons pas encore les merveilles des civilisations Inca, Aztèque et Maya. Nous découvrirons bientôt que dans cette partie de la terre, aussi, la connaissance a fait son oeuvre et les créations monumentales n’auront rien à envier à leurs semblables du monde connu.

E6 : ne plus perdre le Nord

Nous sommes nombreux à devoir nous déplacer. La guerre, les famines, les accidents naturels nous contraignent à des déplacements de masse ainsi que les activités commerciales ou les explorations menées pas les plus aventuriers d’entre nous. Force est de constater que les premières cartes sont très rudimentaires et seuls ceux qui ont le sens inné de l’orientation arrivent à s’en tirer.

La boussole, venant de Chine, devient un instrument de navigation indispensable en nous indiquant le Nord en toute circonstance. Plus besoin de regarder la mousse sur les arbres (quand il y en a) ou de se repérer à la course du soleil. Cette boussole va se généraliser notamment dans la marine car en pleine mer nul marqueur pour connaitre sa position et sa direction.

E7 : ceci remplacera cela

Pendant des millénaires, les temples puis les églises sont les principaux vecteurs de propagande des messages politiques et religieux. Centres de convergence des mouvements des populations, ces lieux de vie portent les messages dans leurs pierres et dans les œuvres d’art qui les complètent notamment la sculpture et la peinture.

L’imprimerie de Gutenberg en facilitant la reproduction à grande échelle des livres va rendre caduque la puissance de la pierre pour diffuser la connaissance. Grâce à l’imprimerie, la production de livres va s’accélérer, la constitution de bibliothèques se multiplier. Combinée à l’école, l’imprimerie va permettre à nos cerveaux de progresser en maîtrise des concepts et en créativité tout en se reposant sur cette fantastique mémoire secondaire que sont les livres.

E8 : combien sommes-nous ?

L’idée de nous compter a tardé à venir. Étonnant que cette information n’a pas encore fait l’objet d’un soin particulier et d’une mesure objective. Elle est pourtant essentielle pour organiser la vie de la cité, évaluer les forces en présence, mesurer les besoins. Le premier recensement, car le plus ancien retrouvé, date du XIIIème siècle en Italie. Nous n’avons pas encore l’angoisse de notre explosion démographique.

E9 : première incarnation d’une époque

Un air de changement souffle sur notre moyen-âge vieillissant. Qui mieux que Léonard de Vinci pour incarner ce renouveau, cette Renaissance ? Pour la première fois, un être, parmi nous, peut prétendre interpréter l’esprit universel. A la fois artiste, scientifique, inventeur, poète, philosophe, écrivain… il laisse un héritage d’une valeur inestimable à l’humanité. En cristallisant systématiquement et méthodiquement ses recherches avec des croquis et des rapports, il a compris l’importance de la transmission pour que vivent et se transforment ses idées. Léonard de Vinci n’est peut-être pas le premier à imaginer des machines volantes mais il est le premier à établir un schéma envisageable et atteignable.

E10 : c’est encore loin l’Amérique ?

La terre est plate ! Telle est notre conviction. Quelle claque quand un esprit illuminé par la lecture de souvenirs de voyages, au passé incertain et aux activités légèrement interlopes, décide de ne pas faire comme les autres pour rejoindre les contrées d’Orient. Elles sont situées à l’Est mais Christophe Colomb décide de s’y rendre par l’Ouest. Quelle drôle d’idée de contrarier les évidences de la connaissance admise par tous ! Quels bouleversements en conséquence ! La découverte d’une autre route va inspirer d’autres marins . La terre soudain se rétrécit, devient moins mystérieuse. Une nouvelle période s’ouvre…

Pour la saison 3 c’est ici !

Mentions 

Si vous voulez accéder à mes autres billets c’est ici

Si vous ne voulez pas manquer les prochains articles : demandez à être enregistré à mon blog

Crédit photo : Gutenberg et l’invention de l’imprimerie

© Ecrit par Jean Méance en avril 2019

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.