Van Halen – 1Lp1Track

Publié par

Le groupe Van Halen est l’héritier direct de Led Zeppelin et Deep Purple, le chanteur David Lee Roth une sorte de clone produit par les ADN croisés de David Coverdale et Robert Plant et le guitariste Eddie Van Halen une expérience génétique avec les chromosomes de Jimmy Page et Ritchie Blackmore.

Tout ça pour dire que dès son premier album, la filiation de Van Halen avec les deux monstres du Hard Rock n’a pas fait de doute !

Mais c’est une filiation où la progéniture a décidé de mettre un sérieux coup de rein pour renouveler le genre…dans la continuité et le respect de la tradition.

Pour la tradition, on retrouve le look des longues tignasses permanentées, les pantalons moulants à poutre apparente que ne renieraient aucun cyclistes du Tour de France et la moquette à l’air car à cette époque le poil est symbole de virilité !

Tradition aussi et surtout dans le son avec une voix forte, profonde, capable de monter haut et des riffs et des solos tellement beaux qu’ils ont été recherchés par Michael Jackson sur le morceau « Beat it » pour faire de Eddie Van Halen le guitariste le plus recherché de la planète pop avec Steve Lukather de Toto.

Mais revenons à notre revue de la discographie de Van Halen. Mettons de suite de côté l’album « Van Halen III » (écouter le reposant « Once »), opus bizarre boudé par les fans, et concentrons nous sur les deux temps forts du parcours de Van Halen.

D’abord la formation, que j’appellerai historique avec les déjà nommés David Lee Roth et Eddie Van Halen plus l’autre frère Alex Van Halen à la batterie et Michael Anthony qui sera le fidèle bassiste avant de laisser, plusieurs années plus tard, sa place à…un autre Van Halen !

Cette première période, avec des compositions très hard « Ain’t talking about love », « Unchained », « And the craddle will rock » et l’incontournable « Running with the devil » ; d’autres plus ouvertes à d’autres publics comme « Dance the night away » ou des reprises comme « Pretty women », se termine par l’arrivée au premier plan des claviers de Eddie Van Halen et le méga tube « Jump » très utilisé par les clubs de football pour marquer l’entrée des joueurs !! Cet album « 1984 » en point d’orge dans le parcours de Van Halen marque aussi la seconde période avec le départ de David Lee Roth et l’arrivée d’une star montante Sammy Hagar.

Etonnant comment la mayonnaise a pris entre ces égos ! Un style beaucoup plus formatté hard fm pour la radio et un chapelet de tubes planétaires « Dreams », « Feels so good », « When it’s love », « Can’t stop loving you »…

Et ensuite ? Ben ensuite, c’est le départ de Sammy Hagar, un disque boudé, le retour un peu essoufflé de David Lee Roth qui a remplacé ses poils par des tatouages, l’arrivée du fiston à la basse, des cheveux courts et grisonnants et quand même un album correct (voir « Tattoo ») et des prestations live pour maintenir la flamme et rappeler que David était un fauve sur scène et Eddie un guitariste unique.

Maintenant qu’Eddie n’est plus, il est probable que la discographie de Van Halen s’arrête là à moins que d’autres membres de la famille reprennent le flambeau !

#1Lp1Track


Série #1Lp1Track – la discographie de Van Halen en vidéo de moins de 10′

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.