Télétravail : les 8 bonnes questions à vous poser pour réussir ou renoncer

Publié par

L’heure du retour au travail va sonner pour plusieurs d’entre nous mais certains, peut-être nombreux, vont rester chez eux car ils pourront continuer de travailler à distance.

J’ai eu l’occasion en début du confinement d’affirmer qu’avec la grève sur la réforme des retraites et l’épisode du Covid-19, l’heure du travail à distance avait sonné en insistant sur les freins plutôt psychologiques à lever pour être prêt.

Convaincu du télétravail et/ou du travail à domicile (il y a une subtilité entre les deux :)) pour l’avoir éprouvé depuis plus de 20 ans, j’en connais aussi les exigences, les contraintes et les limites. Nul doute que le monde d’après dans l’entreprise sera différent. La question de l’organisation du travail intégrant le télétravail va se trouver en haut des agendas des relations entre les directions générales, leur DRH, les partenaires sociaux et les salariés.

Je propose d’aborder 8 questions que vous devez absolument vous poser pour réussir votre installation durable dans le télétravail ou pour renoncer à un fonctionnement à distance qui ne convient malheureusement pas à tout le monde et dans toutes les situations professionnelles.

Question 1 : est-ce que j’espère travailler moins pour le même revenu ?

Nous rêvons tous d’atteindre l’objectif du « travailler moins en gagnant plus ». Si vous pensez que le télétravail est une aubaine pour y réussir, vous vous trompez lourdement. Au contraire, le temps perdu à longueur de journée dans les réunions aussi inutiles qu’interminables va être rapidement, par l’effet de la réorganisation du travail, mobilisé par des activités plus « productives ». La bonne nouvelle est que ce travail sera plus intéressant et plus valorisant.

Question 2 : vais-je faire des économies de nourrice ou de garde d’enfant ?

Si le confinement vous a imposé la présence de vos enfants pendant votre activité, cette situation ne peut perdurer. La bienveillance de vos collègues ou de vos clients, qui ont entendu le doux babillement de bébé en bruit de fond, va s’étioler avec le temps et le nécessaire retour à la rigueur professionnelle. Si vous avez des enfants en bas âge, vous devez prévoir de continuer à maintenir nourrice, crèche, garderie etc… La bonne nouvelle est que vous n’aurez plus le stress d’arriver en retard pour aller les chercher et même vous pourrez probablement les déposer moins tôt le matin et les reprendre moins tard le soir, améliorant votre qualité de vie et celle de vos enfants.

Question 3 : mon foyer familial est-il adapté au télétravail ?

Par foyer, j’entends, pour commencer votre maison ou appartement. La question du poste de travail sera en générale traitée par la DSI de votre employeur. Néanmoins, le télétravail ne s’opère pas sans un minimum d’infrastructure qui doit se trouver chez vous : du réseau avec un débit minimum sur internet, la 4G est un plus et un endroit calme, si possible dédié, pour faire office de bureau. Travailler avec son PC portable dans le salon pendant que votre ado joue à ‘Call of duty’ est un schéma qui a épuisé son charme pendant les 2 mois de confinement !!

Par foyer, j’entends aussi toutes les personnes qui vivent avec vous. Indispensable que tout le monde ait conscience que lorsque papa ou maman travaille, il/elle n’est pas disponible tout de suite pour répondre à la question « où sont mes chaussettes ? » surtout lorsqu’il/elle est au téléphone ou intervient sur Teams ! Quand nous étions au Luxembourg avec mon épouse en télétravail, nos fils, alors adolescents, ont vite intégré que lorsque le téléphone sonnait il fallait avoir un accueil courtois. Nous avons été étonnés de leur vitesse d’adaptation et de leurs réponses et prises de messages que n’auraient pas reniés des assistantes de directions. La bonne nouvelle est que vos enfants connaissent déjà l’importance du travail dans la vie de papa et maman et ils savent très vite s’adapter pour ne pas commettre d’impairs. J’ai focalisé sur les enfants mais le sujet concerne également les autres personnes comme les parents qui peuvent vivre avec vous.

Question 4 : suis-je prêt-e à chercher du travail mais aussi à dire non ?

Travailler à distance c’est aussi travailler loin des yeux. Si en amour loin des yeux c’est loin du cœur, au travail loin des yeux c’est loin du management qui organise les activités. Quand les équipes sont localisées sur un même site, tout bon manager voit, au-delà des chiffres, les personnes qui sont en stress et celles qui sont plus à la cool. Face à une tâche identique, nous ne sommes pas tous égaux et certains iront plus vite que d’autres, feront plus ou moins de qualité que d’autres, seront plus ou moins en forme que d’autres. Tout cela le manager le sait et ses 5 outils primaires du management vont lui permettre d’équilibrer la charge. En télétravail, si vous ne voulez pas que cette répartition s’effectue au gré des chiffres, des kpi où Excel devient le vrai patron, il vous faudra être transparent-e en informant régulièrement de l’état de vos travaux en cours, de vos difficultés ou au contraire de vos avancées plus rapides que prévues. Cette proactivité doit aider votre manager à vous donner plus d’activité ou au contraire vous en décharger. Il faudra d’ailleurs savoir dire « Non » si la surcharge vous guette…

Question 5 : est-ce que j’espère arrêter de me déplacer ?

Il faut savoir que télétravail n’est pas synonyme de travail sédentaire. Le télétravail élimine l’obligation quotidienne de partir plus de 10 heures par jour pour vous rendre chez votre employeur. Mais le télétravail n’élimine pas la nécessité « physique » de rencontrer régulièrement vos collègues, vos partenaires, vos clients. Le besoin de relations sociales et aussi votre efficacité même dans votre emploi vous imposeront ces déplacements réguliers. Vous trouverez le bon équilibre entre rester chez vous et rencontrer physiquement votre réseau professionnel. La bonne nouvelle est que le sacro-saint « site » de l’entreprise, qui restera encore pour un moment un lieu de passage obligé, pourra aussi être remplacé par des lieux plus détendus comme les nouveaux espaces de co-working ainsi que les salons professionnels qui sont aussi une occasion de se retrouver. Par conséquent, moins de trajets surtout de trajets quotidiens « imposés » par le biorythme du travail-boulot-dodo, mais des trajets quand même pour garder le contact indispensable avec tous les autres humains avec lesquels et pour lesquels vous travaillez.

Question 6 : est-ce que je suis autonome et responsable ?

Le télétravail va vous demander de nouvelles qualités, bien au delà de votre savoir-faire professionnel sur votre activité. Seul-e chez vous, vous allez rapidement vous rendre compte que la petite question très utile pour vous débloquer, posée vite fait dans l’open space à votre voisin ou à la machine à café à la collègue du service d’à côté, cette petite question vous n’allez pas pouvoir l’adresser aussi facilement. Bien sûr cela reste possible, mais il est incontestable que le fonctionnement à distance fait perdre de la fluidité dans les échanges, surtout lorsqu’ils sont informels. Vous devrez plus souvent chercher par vous-même la réponse. Cela permet de grandir en autonomie et en compétence. Vous vous rendrez compte aussi que seul-e vous serez confronté-e plus souvent à choisir entre des options dans votre activité. Cela vous permettra d’aiguiser votre sens de la prise de risque et de la responsabilité. Autonomie et responsabilité sont probablement les deux piliers de compétences pour être à l’aise avec une situation de télétravail.

Question 7 : suis-je prêt-e à être flexible ?

Je vous rassure de suite, pour moi « flexible » ne veut pas dire « être taillable et corvéable à merci » ! Hors de question de dire que le télétravail va devenir pire que le travail en entreprise. En revanche, le télétravail va effacer les lignes de force des plages horaires dans le mesure où chacun va avoir un certain degré de liberté dans la façon d’organiser son temps à la maison. Il faut donc s’attendre à quelques entorses aux horaires existants, en gros sur Paris 9h-18h et vous attendre à quelques débordements plus tôt ou plus tard pour vous adapter à votre réseau. Dans tous les cas, n’oubliez pas la question 4 avec le savoir dire « Non ».

Question 8 : mon activité est-elle Digitale et Data compatible ?

C’est la dernière question de la liste mais elle pourrait être la première. Il faut le dire tout net, le télétravail est une opportunité qui ne concerne pas tout le monde. Toute activité qui fait appel à des objets physiques ne sera pas transformable en activité à distance. Il faudra attendre les robots. Personne n’imagine un maçon construire un mur dans son salon avant de l’emporter sur son chantier ou un coiffeur réaliser une coupe-shampoing à distance ! Pour savoir si votre activité est candidate au télétravail, demandez-vous quelle est la matière première de votre activité. Est-ce de la Data ? Par Data j’entends tout objet qui a sa transformation numérique : un texte dans un mail ou dans Word est de la Data, un contrat en pdf est de la Data, toutes les conversations que vous avez sur Skype, Teams, Zoom sont de la Data, toutes les applications que vous utilisez : pour faire de la comptabilité, du marketing, de la gestion de fichier client etc… sont de la Data. A partir du moment où vous disposez de toute votre matière première sous forme de Data, les conditions pour le télétravail sont très favorables. Si en plus vous disposez des outils numériques et digitaux pour communiquer, pour contribuer à des processus, pour vous informer ou trouver du support, vous avez fait carton plein au loto du télétravail.

Pour finir…

Le télétravail est une réalité qui va s’imposer aux entreprises. Certaines y voit d’ailleurs aussi l’opportunité de réduire leurs frais généraux sur les m2 de bureaux et autres coûts de fonctionnement liés aux locaux. Jusqu’ici plutôt vu comme un privilège pour ceux qui ont pu en profiter, le télétravail sera probablement demain la règle notamment pour les entreprises du tertiaire et de services. Raison de plus pour ne pas attendre à se poser les bonnes questions car si le choix est encore ouvert aujourd’hui où il est possible de revenir à son fonctionnement précédent, ce choix sera peut-être imposé demain par les employeurs ! Il n’est pas trop tard pour s’y préparer !

Mentions

Si vous avez aimé faites-le savoir en partageant ce billet. N’hésitez pas également à livrer vos commentaires et vos expériences.

Si vous voulez accéder à mes autres billets c’est ici.

Si vous ne voulez pas manquer les prochains articles : demandez à être enregistré à mon blog.

Crédit photo : montage personnel à partir photo fotomelia.com

 © Ecrit par Jean Méance en mai 2020

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.