Nino Ferrer – 1Lp1Track

Publié par

Si vous êtes pressé-e, découvrez Nino Ferrer en moins de 10′

Série #1Lp1Track – la discographie de Nino Ferrer en vidéo de moins de 10′

Accès à la playlist 1Lp1Track complète de Nino Ferrer

Pour YouTube – cliquez ici

Nino Ferrer c’est l’histoire d’un artiste de variété qui ne voulait pas être catalogué !

A l’origine jazzman autodidacte, il gagne en notoriété grâce à l’écriture de chansons populaires aux textes souvent drôles, dont certains sont un véritable défi à la mémoire de qui ne veut pas oublier les paroles (voir « Les cornichons ») !

Après le succès de « Mirza » (en version gospel dans la playlist), Nino Ferrer enchaîne les succès comme « Les cornichons » et « Le telefon ».

A cette époque, polyglotte, Nino Ferrer développe aussi une carrière italienne ; publiant même des chansons en italien comme « La pelle nera ».

Mais Nino Ferrer veut sortir du confort de la variété en proposant à partir de l’album « Nino Ferrer & Leggs » des productions musicales plus exploratoires. Il égare alors son public, malgré le succès du prémonitoire plaidoyer écologique « La maison près de la fontaine » ou le mega-tube « Le sud ».

Nino Ferrer va visiter tous les styles musicaux : le rock, le folk, le retour au jazz, même le classique-pop avec « L’année Mozart » mais les albums deviennent assez hétérogènes à part « Blanat » qui est un petit bijou assez méconnu (« L’arbre noir » ou « Petite Lily »). A cette période, j’ai assisté au concert de promotion de « Blanat » au Bataclan. J’étais probablement le seul à avoir moins de 20 ans, preuve de la difficulté, pour Nino Ferrer, à renouveler son public.

L’autre facteur de rupture a été l’usage régulier de textes en anglais, une rupture un peu rude pour les fans de « Mamadou Mémé ».

Bref, être un artiste éclectique, talentueux, touche à tout, y compris les musiques de film (comme « Riz complet » pour le film « Les Babas-cool ») n’a pas suffi pour avoir la reconnaissance que Nino Ferrer attendait de son vivant.

La joie et la légèreté des textes du début ont été remplacés par une certaine mélancolie et une vision plus pessimiste de l’avenir. L’humour est devenu plus cynique (« Rock’n’roll cowboy »). La playlist se termine par le très sombre « L’année de la Comète » où il est question de 1986, de Chernobyl, de l’explosion de la navette spaciale, de la comète de Haley…

Il faut prendre le temps de découvrir l’autre Nino Ferrer pour constater combien cet artiste avait un univers riche et foisonnant qu’il n’a malheureusement pas su faire partager de son vivant. Il reste à la postérité de faire le travail et j’espère que cette playlist 1Lp1Track y contribuera.

#1Lp1Track

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.