MyFirstbiomimexpo

Publié par

L’arrivée, sur mon fil linkedin, d’un extrait de présentation sur l’acte 1 du Biomimexpo, m’a convaincu de sortir un peu de mon cadre habituel. Sensible à la question écologique (bien avant l’arrivée des Verts) mais pas toujours convaincu par le prosélytisme culpabilisant de l’air du temps, je décide donc de m’inscrire à l’acte 2 du Biomeimexpo se tenant à la cité des sciences de La Villette. Ce fût une journée étonnante et enrichissante dont vous trouverez ici une synthèse qui j’espère vous incitera à vous intéresser à cette discipline

Qu’est que le « biomimétisme » ? Vous trouverez différentes définitions officielles du biomimétisme. Pour ma part, je dirai que le biomimétisme est une discipline qui consiste à observer des phénomènes naturels, en déduire des applications pour le bien de l’humanité et…tenter de les mettre en oeuvre ! Un exemple ? Les premiers engins volant sont « bio » inspirés de l’observation du vol des oiseaux. Le biomimétisme est à la convergence de la biologie et des autres sciences (architecture, mécanique, robotique, médecine, génétique, etc…). Un domaine prometteur et passionnant comme on le verra plus loin avec les projets des écoles.

A propos du biomimexpo 2019-acte 2. Le format de l’événement est assez classique avec une série de conférences plénières, des interventions ciblées et localisées et une partie salon pour des exposants. Participation annoncée de plus de 2500 personnes. Satisfaisante pour les organisateurs mais je dois dire aussi pour les participants car nous sommes très en deçà de la capacité d’accueil du site. On ne se marche pas sur les pieds comme à d’autres salons et on peut au moins accéder aux expositions… Bon c’est sûr que ce n’était pas non plus la foule des grands soirs dans le grand amphithéâtre.

Je passe vite sur l’intervention filmée de Emannuelle Wargon, sécrétaire d’état à la transition écologique, venue apporter la caution du gouvernement au biomimexpo. Je m’arrête plutôt sur un quizz qui m’a stupéfait. Deux planches nous sont proposées. La première regroupe une quinzaine de logos de grandes entreprises et il ne me faut que quelques secondes pour en retrouver les marques (Twitter, Total, Facebook etc…). La seconde regroupe une quinzaine de clichés d’arbres, de plantes, de fleurs, d’insectes et là c’est le grand vide dans ma tête. Démonstration si besoin de la perte de contact de notre civilisation avec la nature ! Rien que pour ça je ne regrette pas d’être venu !

Je vais éluder les interventions plus politiques sur l’importance du vivant, la menace écologique, le nécessaire rapprochement de l’homme avec le reste du vivant etc… pour me concentrer sur les temps forts des applications du biomimétismes.

Premier élément remarquable est la diversité des intervenants : acteurs de grands groupes, de start-up et de la recherche se succèdent ou plutôt collaborent aux présentations illustrant ainsi le caractère pluridisciplinaire du biomimétisme. Second élément qui saute aux yeux : nous sommes à la genèse de ce mouvement. La maturité des projets est souvent très émergente voire encore en incubation dans les laboratoires mais les idées et les promesses ouvrent de réelles perspectives et permettent de penser différemment.

Les projets ou applications qui m’ont le plus marqués sont :

  • Les recherches du CNES sur les tardigrades, petites bestioles extrêmement résistantes aux radiations subies par les astronautes mais aussi sur les ours qui hibernent car un des enjeux est de pouvoir voyager dans l’espace plus loin et plus longtemps.
  • La société TISSIUM qui met au point, en s’inspirant des escargots, un produit plus adapter pour les sutures en chirurgie notamment cardiaque.
  • La start-up FINX a inventé un nouveau moteur pour les bateaux en s’inspirant des queues de poisson. Il est vrai qu’aucune espèce animale vivant sous l’eau ne dispose d’une propulsion à hélices, inventée par l’homme et très consommatrice d’énergie. Le premier essai sur la Seine est prévu pour novembre 2019.
  • La soie de synthèse inspirée de la protéine générée par les araignées pour tisser leur toile. A noter que cette application a passé la stade industriel avec la mise en marché par exemple de chaussure de sport. Spiderman n’est pas loin !
  • Des variétés de fourmis, capables d’explorer un territoire assez vaste et de revenir en ligne droite à la fourmilière, ont inspirés des chercheurs en robotique pour concevoir un robot capable de se repérer dans l’espace sans GPS mai en regardant la position du soleil. Le AntBot est né et un prototype était présent au salon.

Vous l’avez compris la démarche est finalement toujours la même : observer un phénomène naturel, trouver un usage qui permette aux humains de vivre mieux en préservant la planète et tenter de le mettre en oeuvre.

Le biomimétisme est aussi une science d’avenir prometteuse en terme d’emploi et qui attire les femmes. Les étudiants venus pitchés leur projet en sont la preuve vivante. A l’heure où la faible représentation des femmes dans le domaine de l’Intelligence Artificielle pose question, j’ai dénombré 14 étudiantes contre 6 étudiants ! Si vous cherchez où sont les femmes ingénieures, elles sont dans les filières bio ! Les projets proposés ont d’ailleurs été remarquables. J’en ai retenu trois :

  • Le projet Luna pour proposer aux « enfants lunes » (qui ne peuvent sortir sans protection) un traitement alternatif à base d’une seconde peau qui ne laisse pas passer les UV.
  • Le projet Thermo’Lotus qui envisage de remplacer le corps des chaudières utilisant de l’énergie fossile par des fleurs de Lotus qui produisent de l’énergie qui pourrait être suffisante pour un chauffage domestique.
  • Le projet de mini-cités sur pilotis à l’architecture inspirée des mangroves pour résister aux vagues et aux vents forts.Le Bangladesh, en voie d’être submergé, est typiquement un pays cible pour ce type d’urbanisme.

Ce compte rendu de ma journée n’est pas exhaustif. Par exemple, je n’ai pas parlé des perspectives de la photosynthèse ou de l’usage des mouches dans le traitement des déchets. Nombreux sont les projets en cours et à venir et les applications semblent infinies. Non je ne regrette pas d’être sorti de ma zone de compétence et j’attends le biomimexpo 2020 avec impatience !

Mentions

Si vous avez aimé faites-le savoir en partageant ce billet. N’hésitez pas également à livrer vos commentaires et vos expériences.

Si vous voulez accéder à mes autres billets c’est ici.

Si vous ne voulez pas manquer les prochains articles : demandez à être enregistré à mon blog.

Crédit photo : Le biomimétisme – Les émanant, messagers de la nature

 © Ecrit par Jean Méance en octobre 2019

Mes 5 derniers billets :


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.