Iron Maiden – 1Lp1Track

Publié par

Si vous êtes pressé-e, découvrez Iron Maiden en moins de 10′

Série #1Lp1Track – la discographie de Iron Maiden en vidéo de moins de 10′

Accès à la playlist 1Lp1Track complète de Iron Maiden

Pour YouTube – cliquez ici

Iron Maiden a fait poussé son Heavy Metal sur les plaines abandonnées par les stars vieillissantes (déjà) du Hard Rock. Il en a fallu du courage pour résister à la mode Punk et à la New Wave. Mais Iron Maiden avait un plan : traiter le mal par le mal comme Black Sabbath avant eux et Marylin Manson après. A tel point qu’Iron Maiden a fini par avoir la réputation d’un groupe « satanique ». Heureusement les fans ont bien compris que le concept était de vouloir exorciser tous les malheurs du monde (guerres, folie, génocides, fanatismes…) en mettant en exergue le mal tapis en chacun de nous.

Grâce à un Heavy Metal dépouillé de toutes les mélodies et envolées lyriques qui adoucissaient le Hard, avec des compositions où la prégnance du bassiste et fondateur du groupe Steve Harris dans l’écriture donne la marque de fabrique du son d’Iron Maiden. Tout s’architecture autour de la ligne de basse et les solos de guitares sont des fleurons posés sur la tige centrale basse-batterie.

La playlist 1Lp1Track est une série de cavalcades sur des chevaux aux naseaux fumants. Il faut écouter Iron Maiden bien fort pour évacuer votre énergie négative. Vous repérez le mal, vous le visez et vous l’éliminez avec un solo de guitare de Dave Murray. Aussi simple que ça !

Iron Maiden a aussi une identité visuelle en créant le personnage « Eddie » sorte de zombie apocalyptique omniprésent sur les magnifiques pochettes des albums (enfin magnifique pour ceux qui aiment ce genre de dessin entre gothique et héroïc fantasy) mais aussi sur scène où le facétieux Eddie n’est jamais loin d’exhiber sa tête en carton pâte au début et en version digitale depuis.

Autre chose à savoir à propos des shows : il faut inventer aux jeux olympiques l’épreuve : « Rester le plus longtemps possible dans les 20 premiers rangs d’un concert d’Iron Maiden ». Un exercice cœur-poumon accessible après entrainement spécial uniquement. Il faut du souffle pour sauter, chanter avec Bruce Dickinson et…survivre. Pour s’en convaincre il suffit d’écouter « Aces High », souvent à l’ouverture des concerts, qui vous met aux commandes d’un avion de chasse et vous transforme en chevalier du ciel. La communion avec le public est impressionnante – écouter le public en chœur sur « Fear of the Dark », « The Wicker Man » ou « Journeyman » qui est la seule ballade du lot.

Autre point remarquable entre « Running free » du début et « Speed of Ligth » presque 40 ans plus tard, le son n’a pas pris une ride. Toujours pareil, l’énergie, la basse, les solos : la recette est la même seule la technologie apporte un peu plus de justesse au son mais le public n’est pas perdu et perdure, avec évidemment le revers de la médaille que si vous n’aimez pas, ben…vous n’aimerez pas ! Tant pis !

Moi je remonte sur mon cheval car l’homme blanc s’apprête à me pourchasser sur la terre de mes ancêtres et il faut que je cours pour sauver ma vie. « Run To The Hills » voilà bien un titre que j’ai écouté en boucle pendant des heures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.