Eddy Mitchell – 1Lp1Track

Publié par

La vidéo découverte en moins de 10′


Accès gratuit à la playlist 1Lp1Track sur votre plateforme préférée


Ce début des années 60 marque l’arrivée de sons venus d’outre-Atlantique. Des groupes plus ou moins éphémères se forment pour tenter de surfer sur cette vague émergente. Les Chaussettes Noires et leur chanteur rubicond Eddy Mitchell arrivent à sortir du lot notamment grâce à leur tube « Daniela » qui, contrairement à ce que l’on pense, n’est pas une reprise mais bien une création originale !

Pour baliser ce début de carrière, la playlist 1Lp1Track commence par quatre titres des Chaussettes Noires qui restera une légende de cette époque avec « Dactylo Rock » et les deux reprises  « Shake, Rattle & Rock » et l’incontournable « Be-Bop A Lula ».

Ah les reprises ! Eddy Mitchell va en faire son beurre pendant des années avec des réussites comme « Memphis Tennessee » de Chuck Berry ou « Toujours un coin qui me rappelle » et des sorties plus discutables comme « Rien qu’un seul Mot » des Rolling Stones (je vous laisse découvrir le titre original !).

Eddy Mitchell va prendre son envol en formant un duo redoutable en tant que parolier avec le compositeur Pierre Papadiamandis. Le succès de « Alice » va lancer une veine artistique dans le slow et la chanson romantique qu’Eddy Mitchell va exploiter tout au long de sa carrière avec « Couleur Menthe à l’Eau », « Le Cimetière des Eléphants », « Rio Grande » ou « Un portrait de Norman Rockwell ».

Mais l’éclectique Eddy Mitchell développe aussi de nombreux thèmes en parcourant toutes les facettes de la musique du rock au rythm and blues, du jazz au Big Band. Témoin de son temps, il déroule un propos souvent drôle, parfois cynique, toujours précis et humain. Eddy Mitchell fait dans la crise sociale avec « Il ne rentre pas ce soir », la critique du capitalisme et de la société de consommation avec le délicieux « A crédit et en stéréo » ou le personnage sans scrupule de « Golden Boy ». La religion n’est pas épargnée avec « La fille du Pasteur » ou « Pas de Boogie, Woogie ».

Eddy Mitchell a aussi une autre passion : le cinéma. Elle lui permettra de passer la traversée du désert de la fin des années 70-début des années 80 quand les artistes de la génération « yéyé » subissent la désaffection du jeune public qui se retourne plus volontiers vers les artistes anglais et américains. En animant une émission périodique sur le cinéma et en participant à plusieurs films, Eddy Mitchell garde le contact avec le public et le morceau « La dernière séance », justement, inonde les ondes pour de nombreuses années. « A l’ouest d’Eddy » avait annoncé, plusieurs années plus tôt, cette passion pour le 7ème Art notamment les films américains.

L’Amérique n’est pas pour Eddy Mitchell le même rêve que pour Johnny Hallyday par exemple. Là où ce dernier est dans le regret de n’être pas né du bon côté de l’océan, Eddy Mitchell a bien sûr de l’attirance pour la culture américaine mais il est également fidèle à ses origines. Il décrit d’ailleurs très bien ce grand écart d’influences dans « Nashville ou Belleville ».

Passées les années 2000 après quelques collaborations notables comme avec Serge Gainsbourg sur « Vieille canaille » ou Johnny Hallyday sur « On veut des légendes », Eddy Mitchell devient l’un des tauliers du show-biz français avec Johnny Hallyday (encore lui) et Jacques Dutronc. Le trio formera un groupe éphémère à la tournée triomphale (voir « Les Playboys »). Pour finir les exercices imposés, la suite d’album « La même tribu » où Eddy Mitchell est accompagné des gloires passées et présentes de la variété française est plutôt réussie (voir le titre choral « La même tribu » et « Je chante pour ceux qui ont le blues » avec Michel Jonasz).

Les années 60 ont accouché de trois rockers made in France : le plus populaire, Johnny Hallyday, le plus caricatural, Dick Rivers et le plus intello, Eddy Mitchell. On pourrait dire aussi le plus résilient, le plus coriace, le plus résistant, enfin bref, je ne compte pas beaucoup d’artistes dont la carrière a commencé à ma naissance et qui est toujours en cours. Une carrière artistique aussi longue que ma vie !!

#1Lp1Track.



Chaque semaine retrouvez ma playlist #1Lp1Track pourdécouvrir ou redécouvrir des groupes ou des artistes français et étrangers. Ce ne sont pas de classiques « Best of » mais une revue complète de la production artistique en sélectionnant pour chaque album (=1Lp), un titre (=1Track). Cela vous permet de revoir le parcours créatif et l’évolution musicale de ces différents artistes. Si vous voulez suivre les nouveaux artistes disponibles –> C’est ici !

Jasmine Meunier

Photographe et designer dans la région bordelaise, je me spécialise dans les photos de mariage et les portraits. Retrouvez mes travaux sur Instagram.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.